Project AGBeta   Articles | Forum

A propos de JuloZ

JuloZ

Inscrit le 09/11/2019 à 14h16
Dernier passage le 25/06/2020 à 10h11
A accès aux fonctions avancées

Les articles publiés par JuloZ

Les 5 derniers messages de JuloZ

Contexte - 22/06 à 23:37:24  

0 

[g]Desperados III : Shadows Tactics au pays des cow-boys - Il était une fois dans l'Ouest[/g]

14 ans, c'est le temps qu'il a fallu attendre pour revoir la licence Desperados re-pointer le bout de son nez. Entre temps, nos écrans ont gagnés quelques pixels de plus et le petit studio allemand de Mimimi, en charge de ce troisième opus, en a profiter pour se tailler une petite réputation avec Shadow Tactics, Commandos-like aussi inattendu que réussi.
Alors, la recette est-elle toujours aussi efficace ?

Et nous voilà donc de retour au pays des cow-boys, pour vivre cette fois une sorte d' « origin story » du héros principal, John Cooper (qui ressemble étrangement à un certain Arthur Morgan).
Évidemment, notre héros ne sera pas seul dans sa quête de vengeance et croisera la route de nombreux alliés aux capacités et aux personnalités diverses lors de ses pérégrinations.
La recette bien connue des Commandos-like est ici appliquée avec soin par les petites mains de Mimimi Games : Chaque personne dispose de capacités qui lui sont propres, et il va falloir se casser la tête pour combiner au mieux chacune d'entre elles afin de trouver l'alchimie parfaite qui vous fera traverser le niveau sans vous faire repérer.
On retrouve donc peu ou proue les archétypes déjà aperçus dans Shadow Tactics : Le couteau-suisse assez agile pour s'infiltrer un peu partout en escaladant échelle et feuillages (Cooper), la grosse brute armée de ses pièges à loups et sa hache histoire de trancher quelques têtes de bandits, ou encore la belle assez habile pour...

Consulter l'article en entier

Contexte - 21/11/2019 à 15:42:00  

0 

Quand le jeu vidéo réécrit l'histoire - h











La sortie récente de « Call of Duty Modern Warfare » a relancé de vifs débats dans la communauté sur le traitement de l'Histoire dans le jeu vidéo

Tout commence avec un niveau « choc » dont Activision a l'habitude de nous abreuver, nommé « route de la mort ». Cette autoroute de la mort, elle a réellement existé. Il s'agissait d'une autoroute située au Koweit, bombardée par la coalition occidentale (États-Unis, France, Royaume-Uni, Canada) lors de la guerre du Golfe, en 1991. Le problème, c'est que les forces irakiennes, qui battaient en retraite, mais également de nombreux civils tentant de fuir les combats ont été pris dans ces bombardements.
Sauf que la façon dont cet épisode tragique nous ai conté par Activison est tout autre. Dans le jeu, cette attaque est attribuée à l'armée russe : «Les russes l'ont bombardé lors de l'invasion, tuant les gens qui s'échappaient » nous explique un des PNJ.
Évidement, cette réécriture de l'Histoire a beaucoup fait réagir, en premier lieu les joueurs russes, se scandalisant et appelant au boycott du jeu sur les réseaux sociaux.
Pour autant, ce n'est pas la première fois que l'on assiste à ce genre de « révisionnisme » dans le jeu vidéo. Si le jeu vidéo n'a pas vocation à enseigner l'Histoire ou à se substituer à des livres, on peut tout de même s'interroger sur les volontés et les responsabilité des développeurs dans le message passé (volontairement ou non) dans...

Consulter l'article en entier

Contexte - 16/11/2019 à 14:20:14  

0 

Luigi’s Mansion 3 : le bonbon acidulé d’Halloween - Mention très bien

Plus de six ans après ses aventures sur 3DS, le plus froussard des personnages Nintendo est de retour en cette période d’Halloween.
Et cette fois, plus question de manoir, mais bien d’un séjour dans un somptueux hôtel (en apparence) tous frais payés. Un séjour qui va très vite se transformer en cauchemar pour notre bon vieux plombier.
Après une arrivé en fanfare, tout bascule : la princesse Peach, mais aussi le reste de la « Nintendo Team » a été enlevé par l’infâme roi Boo. Il va donc falloir surmonter ses peurs pour aller les délivrer, et devinez qui va s’y coller?

Quelques petites minutes en guise d’introduction aux possibilités, et le jeu vous lâche dans cet hôtel transformé en maison de l’horreur.
Vous allez donc rapidement mettre la main sur votre matériel de « ghostbuster », le fameux Ectoblast aspirateur à fantômes.
Et pour le coup, ce dernier à été enrichi de quelques nouvelles possibilité bien senties par le professeur K. Tastroff depuis nos dernières aventures, dont celle de tirer des ventouses déboucheurs de toilettes, afin de les aspirer et de dégommer à peu près tous les éléments de décors possibles.
A ce titre, on pourra d’ailleurs citer quelques petits soucis d’ergonomie, particulièrement concernant la visée à l’aide du stick droit pour faire fonctionner la lampe et l’aspirateur. Rien de bien méchant cependant.









Une fois équipé, c’est donc parti pour parcourir les...

Consulter l'article en entier

Contexte - 11/11/2019 à 16:34:02  

0 

The Outer Worlds : Le Fallout-like à papa - "Par les créateurs de Fallout New Vegas"

Cela fait maintenant un an qu'Obsidian, le studio des anciens de Fallout, a éveillé l'appétit des adeptes du RPG à l'occidental en dévoilant The Outer Worlds.
Après le crash (pour rester poli) Fallout 76, il fallait bien ça pour redorer le blason du studio, passé depuis peu dans le giron de Microsoft.

Et autant ne pas faire durer le suspens plus longtemps : oui, il s'agit bien d'un RPG première personne « à la Fallout » (comprendre Fallout 3D), dont le nouveau-né d'Obisidan s'inspire allègrement.
S'inspire, car si les ressemblances avec le grand frère New Vegas sautent aux yeux, il semblerait que The Outer Worlds ait lui connu quelques problèmes de croissance.

Comme il parait qu’il n’y a pas que le physique qui compte, évacuons de suite cette question : The Outer Worlds ne brille pas particulièrement par sa technique.
Ses zones principales sont même assez moches, même si on se surprendra parfois à admirer un ou deux intérieurs particulièrement bien sentis.
Le jeu tourne plutôt correctement même sur des configs plutôt modestes, c’est déjà ça de pris.



Autre problème de taille (ahah), le terrain de jeu.
Bien sûr, les développeurs d'Obsidian ne nous ont jamais promis un « Open World » à la Breath of The Wild (ou même au niveau du fameux grand frère New Vegas), mais le fait est qu'on se sent à l'étroit. Très à l'étroit même. Les zones de jeu sont extrêmement fragmentées (parfois moins de 20 secondes pour...

Consulter l'article en entier


Voir tous les messages de JuloZ