Project AGBeta   Articles | Forum

Luigi’s Mansion 3 : le bonbon acidulé d’Halloween

Mention très bien

Plus de six ans après ses aventures sur 3DS, le plus froussard des personnages Nintendo est de retour en cette période d’Halloween.
Et cette fois, plus question de manoir, mais bien d’un séjour dans un somptueux hôtel (en apparence) tous frais payés. Un séjour qui va très vite se transformer en cauchemar pour notre bon vieux plombier.
Après une arrivé en fanfare, tout bascule : la princesse Peach, mais aussi le reste de la « Nintendo Team » a été enlevé par l’infâme roi Boo. Il va donc falloir surmonter ses peurs pour aller les délivrer, et devinez qui va s’y coller?

Quelques petites minutes en guise d’introduction aux possibilités, et le jeu vous lâche dans cet hôtel transformé en maison de l’horreur.
Vous allez donc rapidement mettre la main sur votre matériel de « ghostbuster », le fameux Ectoblast aspirateur à fantômes.
Et pour le coup, ce dernier à été enrichi de quelques nouvelles possibilité bien senties par le professeur K. Tastroff depuis nos dernières aventures, dont celle de tirer des ventouses déboucheurs de toilettes, afin de les aspirer et de dégommer à peu près tous les éléments de décors possibles.
A ce titre, on pourra d’ailleurs citer quelques petits soucis d’ergonomie, particulièrement concernant la visée à l’aide du stick droit pour faire fonctionner la lampe et l’aspirateur. Rien de bien méchant cependant.

Miniature


Une fois équipé, c’est donc parti pour parcourir les différents étages composant cet hôtel de la mort, dans une ambiance de chasse aux fantômes; le tout sous les conseils avisé du bon professeur pour vous guider.
L’ambiance, c’est d’ailleurs le gros point fort du soft. Il faut dire que les gars de chez Next Level Games ont mis le paquet, du point de vue créativité comme du point de vue purement technique (on est clairement sur le plus beau jeu de la machine jusqu’ici).
C’est simple, le premier mot qui nous vient à la bouche en faisant nos premiers pas dans cet hôtel : Pixar. Les animations, les décors, les éclairages, tout est là pour nous montrer en permanence que oui, désormais, le rendu « film d’animation » est possible dans le jeux vidéo.
Si on y ajoute les effets de lumières et les petites mimiques de Luigi toujours bien senties en fonction de la situation, le soft est un véritable régal pour les yeux.

Le travail sur l’ambiance n’est pas en reste. Si les premiers étages restent relativement « classiques », les développeurs laissent éclater leur créativité par la suite pour nous proposer des ambiances radicalement différentes, le tout au service d’un gameplay qui se renouvelle en permanence. Le titre se permet même quelques références bien senties au cinéma ou au fameux Virtual Boy de Nintendo, qui aura enfin fini par trouver une utilité dans ce jeu.

Miniature


Si le coeur du gameplay reste relativement le même (progresser à travers les étages en se débarrassant des fantômes), les manières d’y arriver varient constamment.
On ne vous spoilera pas ici mais si vous vous attendiez à un hôtel classique à la Luigi’s Mansion premier du nom, vous n’êtes pas au bout de vos surprises.
Les boss quant à eux donnent d’ailleurs lieu à des affrontements dans la plus pure tradition Nintendo : des boss à système, avec des techniques bien spécifiques pour en venir à bout pas toujours évidentes à trouver.
Plus dirigiste que le premier opus Gamecube, le soft parvient tout de même à nous faire oublier une certaine linéarité par l’utilisation de l’ascenseur, excellent moyen de fluidifier la progression, histoire de nous éviter d’avoir l’impression de grimper les étages un à un.

Petite nouveauté de cet opus, l’arrivée de « Gluigi », sorte de clone gluant de notre ami moustachu. De nombreuses énigmes vous demanderont de switcher entre les deux protagonistes afin d’en venir à bout. A moins que vous n’ayez l’idée (ou la chance) d’avoir un compagnon de jeu. Car passé la première heure, le jeu est entièrement jouable en coop. On voit arriver d’ici les soirées pluvieuses à deux sur le canapé.
Autre grande nouveauté : l’arrivée d’un mode multi, en local ou en ligne. En ligne, les joueurs vont devoir d’entraider afin de « nettoyer » les étages successifs d’un hôtel. Rein de bien excitant, mais de quoi rallonger un peu la durée de vie du soft (déjà assez généreuse, comptez une vingtaine d’heures pour en venir à bout en ligne « quasi » droite)
Le mode compétitif local quant à lui n’est pas sans rappeler le mini jeu « chasse au fantôme » du regretté Nintendoland, jouable jusqu’à 8 joueurs.

Miniature


Conclusion

Troisième opus de la série, Luigi's Mansion 3 est clairement l'épisode de la maturité pour la saga, opérant la synthèse quasi parfaite entre l'ambiance du premier volet et les idées de gameplay du second. Oh, certains adeptes des Metroidvania regretteront peut être une certaine liberté d'exploration sacrifiée dans ce volet, mais on y gagnera forcément en densité et en créativité. En confiant la licence à un studio occidental, Next Level Games (au CV pourtant pas des plus ronflants jusqu'ici), le "petit artisan" ne s'est pas trompé, tant le soft vise juste. Là où on pouvait s'attendre à un petit apéritif sympathique avant le feu d'artifice de fin d'année Pokémon, Luigi's Mansion 3 se positionne comme un vrai gros jeu de l'année 2019.


Points forts

  • Une DA et ambiance au top
  • Le plus beau jeu de la console
  • Un gameplay qui se renouvelle sans cesse
  • Bonne durée de vie
  • Des mécaniques de coopération qui fonctionnent très bien

Points faibles

  • Combinaison de touches un peu délicate à assimiler (notamment pour les plus jeunes)
  • Techniques de boss pas toujours évidentes à cerner
  • de l'Ectoblast très légère



Dernière modification le 17/11/2019 à 11:43.

Luigi's Mansion 3 Nintendo Switch

Critique rédigée par JuloZ
Publié le 16/11/2019 à 14:20
Edité le 17/11/2019 à 11:43

Commentaire